Marcel

Connaissez-vous Marcel? Marcel, c’est le nom affectueux donné à la pièce maitresse de l’œuvre d’Hugo Gaudet-Dion qui a exposé « il est des nôtres: nom officiel de l’expo » à Caravansérail en 2011. Donc Marcel  et aussi Hugo son créateur nous transportait, nous, spectateur, dans une fin de party morbide où festivités et tragédie s’imbriquaient. Réplique d’être humain grandeur nature, Marcel permettait au spectateur une interactivité avec l’œuvre en manipulant les membres du mannequin à l’aide de cordes et de poulies. Au Paradis, nous apprirent à vivre avec Marcel, l’éternel fêtard en perpétuelle lendemain de veille dans la salle d’expo de Caravansérail.

Retour en arrière

Il a bien fallu la monter cette expo et le bâtir ce Marcel, régulièrement les artistes vivent avec nous au Paradis dans le cadre de résidence de création. Nous assistâmes donc à la naissance de Marcel.

Pendant ce temps

Cybel qui dormait à poings fermés (normal quand il est 2hrs de matin) se fit réveiller par le téléphone (ça commence déjà à être un peu moins normal.)

Cybel : Euh…oui allo?

Centrale d’alarme : Oui bonjour madame Chagnon, ici la centrale d’alarme c’est pour vous avertir qu’il y a eu intrusion au Paradis.

Cybel : Ok, j’y vais.

Il faut savoir qu’en cas d’intrusion nous devons nous déplacer vers le potentiel lieu du crime (soit le Paradis) pour vérifier par nous-même si il y a véritablement eu intrusion ou si c’est plutôt le système d’alarme qui a repéré une mouche. Bref. Cybel, se lève, s’habille, dit à Thomas qu’elle va peut-être braver le danger au Paradis. Encouragé par les ronflements de son chum, Cybel se dirige vers la Coop, non sans une certaine dose de… une certaine dose de… « j’irais donc ben me recoucher moi ». Arrivée à destination quelque chose l’inquiète : la porte du côté sud du bâtiment est entrouverte. Pas question d’entrer là-dedans, elle téléphone donc à la police qui arrive quelques minutes plus tard. Ce trio improvisé est donc fin prêt à entrer au Paradis.

Premier arrêt, la salle d’exposition.

Policier : Est-ce qu’il y a de la lumière ici?

Cybel : Il faut allumer au fond de la salle j’y vais si vous voulez?

Policier : Non non, j’ai une lampe de poche.

Le policier allume sa lampe torche. Il balaie nerveusement la salle, il avance avec précaution puis s’arrête net. Quelques secondes s’écoulent, il appelle nerveusement sa collègue. Voyant la panique montée, Cybel se met tout à coup à penser à Marcel. Hugo avait travaillé sur lui dans la journée et c’était même servi de l’escabeau pour le stabiliser. Merde…

Cybel : Euh scuser.

Policier : Non madame n’approchez pas.

Cybel : C’est Marcel

Policier : Marcel qui?

Cybel : Euh je veux dire, il n’est pas vivant.

Policier : C’est possible madame nous allons vérifier ses signes vitaux.

Cybel : Non c’est un mannequin, c’est une œuvre, il n’est pas vivant.

La pression tombe d’un coup dans la salle d’expo toujours plongée dans la pénombre. Le trio  termina la tournée du Paradis sans rien trouver d’anormal. Cybel retourna en direction de son lit mais se demandait tout de même qui avait bien pu ouvrir la porte du côté sud du bâtiment.

MARCEL!!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s