La stakeholder theorie ou comment Némo peut nous aider à débloquer nos projets

 

La Stakeholder theory

Par Julie Gauthier

Qu’est-ce que la stakeholder theory, c’est tout simplement la gestion des parties prenantes d’un projet telle que la présente Freeman dans le texte fondateur sur le sujet : Strategic Management : a stakeholder approach.

Maintenant qu’est-ce que les parties prenantes d’un projet? Et bien toujours selon ce cher Freeman, ce sont tous les acteurs (ici je parle d’acteurs dans le sens de « personne qui a une fonction dans le projet »…pas dans le sens de « je me suis couchée trop tard hier parce que j’écoutais les Oscars et je suis encore hantée par la terminologie) donc disais-je : … ce sont tous les acteurs qui sont influencés par un projet ou qui ont une influence sur ledit projet.

En gestion de projet, il est primordial d’accorder une attention (à des niveaux variables) aux différents types de parties prenantes qui compose l’environnement du projet. Dès 1932 Berle et Means constatent l’augmentation de la pression sociale qui s’exerce sur les dirigeants d’entreprises qui doivent de plus en plus composer avec leur responsabilité auprès de ceux et celles qui peuvent être affectés de près ou de loin par leurs décisions.

En culture, nous devons également composer avec différents types de parties prenantes. Dans les organismes artistiques nous avons les parties prenantes internes (employéEs, Conseil d’administration), les parties prenantes externes (public, utilisateurs, clientèle, subventionneurs, population, acteurs socio-économiques, médias). Ce concept s’applique également aux artistes qui doivent composer également avec ces différents types de parties prenantes. Je vous entends déjà monter aux barricades en scandant : On ne peut pas plaire à tout le monde dans la vie, encore moins dans l’univers de la création artistiques. Vrai, vous avez totalement raison et là n’est pas le but. Cependant, il est important d’accorder une attention particulière à tout ce beau monde.

Prenons un projet au hasard…euh…mettons le déménagement de la coopérative Paradis au centre-ville de Rimouski. Pour que le projet fonctionne, il se doit d’obtenir un appui massif de toutes les strates de parties prenantes. Tout ça commence par la base, les employéEs, le c.a, les membres et se diffuse à l’ensemble des parties prenantes externes : les médias par leur couverture, la population par l’acceptabilité sociale qu’elle offre au projet, les utilisateurs et la clientèle du Paradis qui y voit les avantages d’une mise à niveau des infrastructures de diffusion, les subventionneurs par…ben par leur appui financier. Tout ce joli monde va pousser dans le même sens (comme les poissons dans le filet du film Némo…image hautement instructive pour démontrer la force du nombre) pour faire débloquer le projet.

Maintenant comment obtenir un haut niveau d’adhésion de toutes les parties prenantes? Demeurez attentif, ce sujet sera à l’ordre du jour d’un prochain billet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s