L’influence sociale : le phénomène de la normalisation

 

L’influence sociale : le phénomène de la normalisation

Par Julie Gauthier

 

La conscience collective : somme des inconsciences individuelles

Georges Elgozy

Qu’est-ce que l’influence sociale : C’est « … l’ensemble des empreintes et des changements que la vie sociale ou les relations avec autrui produisent sur les individus ou les groupes, qu’ils en soient conscients ou non conscients. » Paicheler (1991)

Oui je sais, c’est un peu angoissant comme concept, surtout le bout du « non conscient ». Raison de plus pour poursuivre votre lecture. Parce qu’un intellectuel inconscient n’est plus qu’un pauvre type, c’est pas moi qui le dit c’est Bernard Pivot.

Donc l’influence sociale assume une double fonction. « D’une part, elle vise à uniformiser et à faire accepter les normes, les valeurs et les critères de jugement, en gérant et en réduisant les différences. D’autre part, elle vise à stimuler le changement social par la négociation des conflits et la mise au jour des dissensions inévitables au sein des groupes et des ensembles sociaux. » Morin et Aubé (2007)  Autrement dit, elle est indispensable dans toute vos réunions d’équipe.

L’influence sociale s’exerce peu importe la grandeur du groupe : dans vos réunions entre collègues, dans votre conseil d’administration, auprès des membres d’une coopérative en fait chaque fois qu’il faut trouver des solutions à des problèmes en groupe.

Il existe quatre formes d’influence sociale (la normalisation, la conformité, l’obéissance et l’innovation). Dans ce billet, je vais m’attarder à la première forme d’influence soit : la normalisation.

La normalisation : C’est l’influence réciproque exercée par les individus dans les groupes,

C’est la loi du compromis. L’être humain est constitué de la sorte que la plupart du temps, quand il y a consultation de groupe, tout le monde tente de se rapprocher de l’opinion des autres afin d’éventuellement faire consensus.

Quand il y a divergence d’opinions, trois instances sociales permettent de trancher les différences : La tradition (c’est les expériences du passé ou quand ta grand-mère te lance un : dans mon temps ça marchait pas de même, pis on marchait 22 kilomètres nu pieds dans la neige pour se rendre à l’école…pis l’école avait même pas de murs, pis arrête de sauter en avant du fourneau, tu vas faire tomber mon pain), la science (documentation scientifique sur le sujet ou ça doit être vrai le gars parle avec une éprouvette dans les mains et un sarrau…t’imagines… il avait un sarrau) et le consensus (décision commune ou le fameux : moi je vote pour lui parce que toute ma famille vote pour lui…c’est d’une logique et d’une cohérence sans faille non?).

Le problème principal avec le consensus, c’est qu’il tend à se polariser autour des positions dominantes, qu’elles soient modérés ou extrêmes. Le groupe fait des compromis jusqu’à rejoindre la position de la personne qui exerce la plus grande influence au sein du groupe même si son point de vue est dénué de raison. C’est ce que Moscovici et Doise (1992) appellent la polarisation. Bon ici, je ne parle pas de vos lunettes fumées polarisées façon Top Gun, je parle de la concentration des activités, de l’influence, de l’attention sur un même sujet.

Une autre problématique du consensus réside dans le phénomène d’abstention. Certains individus renoncent à leur pouvoir d’action en comptant sur le fait que quelqu’un d’autre prendra la décision à leur place. Certains individus s’abstiennent en signe de protestation mais le résultat demeure le même, il ne participe pas au consensus. « L’abstention est un signe de dilution de la responsabilité individuelle dans les situations sociales. » Morin et Aubé (2007) Ce n’est pas seulement en s’abstenant d’agir que l’homme accède à la liberté de non-agir, méditez là-dessus si vous n’êtes pas en train de saigner du nez à force d’essayer de comprendre cette citation, de toute manière c’est pas moi qui le dit c’est Bhagavad-Gita.

Si vous saignez toujours du nez c’est par ici 

Le groupe exerce parfois sur les individus qui le composent une emprise similaire au phénomène d’hypnose. Dans les groupes l’esprit critique et le sens de la responsabilité personnelle  est affaibli et d’autres parts les réactions émotionnelles sont stimulées. Il arrive donc parfois que des gens adoptent en groupe des normes de conduite qu’ils pourraient juger inacceptables de manière individuelle. Pourquoi est-ce que nous normalisons notre conduite? Par désir d’acceptabilité et par peur du rejet. Maintenant que vous avez terminé votre lecture et donc que vous êtes passez du côté de la conscience, vous serez plus à même d’éviter les pièges de la normalisation. Mon prochain billet traitera de la deuxième forme d’influence sociale : La conformité.

Publicités

2 réflexions sur “L’influence sociale : le phénomène de la normalisation

  1. Intéressant. Pour ma part, citer Bernard Pivot n’est pas une référence : il a déjà à peu prêt tout dit et son contraire. Ton argument concernant la science comme instance sociale n’est pas très cohérent. Selon moi, ceux qui considèrent les faits sont, en général, peu susceptibles de se laisser berner par la simple apparence de l’orateur, mais j’admet que ce n’est pas impossible. Sinon c’est très bien écrit, comme d’habitude, avec cette pointe d’humour qui assaisonne judicieusement le tout. Ça se lit tout seul et j’ai appris sans vraiment m’en rendre compte. C’est l’apanage des grands pédagogues.

    • Ah ah oui je sais, j’ai privilégié la pointe d’humour pour les scientifiques mais j’aime bien les scientifiques. Je suis en SCIENCE de la gestion, mais je porte pas de sarrau. Merci pour tes commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s