Pourquoi le projet Paradis fait rêver : la genèse

Pourquoi le projet Paradis fait rêver : la genèse

À l’aube du lancement de notre première véritable campagne de financement le 4 octobre prochain, je me sens un peu nostalgique et j’ai envie de remonter le temps. Remonter le temps pour me rappeler d’où vient ce beau projet qu’est le Paradis. Au commencement, il y a eu Paraloeil, un centre d’accès en arts médiatique chapeauté par Françoise Dugré, réalisatrice et commissaire, qui avait reçu 4 bourses du Conseil des Arts et des Lettres du Québec pour lancer l’initiative. Avec l’aide d’Alain Dion, enseignant au cégep de Rimouski et de quelques amis dont Claude Fortin et Brigitte Lacasse, ils prirent le bâton de pèlerin pour trouver un lieu pour accueillir les diffusions et installer leurs pénates. Il aboutirent finalement dans le premier théâtre de Rimouski, l’Audito. Après avoir loué la salle de diffusion plusieurs fois, Claude Pearson, le propriétaire du cinéma Audito (et du ciné-parc…que de souvenirs…) proposa la vente de son Cinéma à Paraloeil. Accéder à la propriété en tant qu’organisme à but non-lucratif, folle idée mais surtout trait de génie.

Non seulement, Claude Pearson vendit son bâtiment, mais accepta également de le faire à très bas prix en finançant lui-même l’achat sans intérêts. Il est encore d’ailleurs notre colocataire au Paradis. Il a son bureau (le seul avec une fenêtre) et je vous lance le défi de deviner où se trouve cette pièce secrète comme cristallisée dans le temps. C’est bien beau de posséder un cinéma mais … ce n’est pas l’endroit idéal pour y installer des bureaux. La première employée de Paraloeil fût Karine Ouellet, qui avait son quartier général au Bic, mais la première employée à vivre dans une ambiance de travail disons…cinématographique fût Sophie Lebel, elle était d’ailleurs installée dans le hall d’entrée du cinéma, entre la machine à pop-corn et l’ancienne billetterie. À force de corvées bénévoles (ici je parle de travaux herculéens), Paraloeil se fraya des bureaux dans ces vestiges cinématographiques.

Au Paradis, il fait froid, très froid et ça coûte cher, très cher…parce que c’est chauffé à l’huile et que le mot isolation relève de la mythologie. À l’époque, Paraloeil se cherche donc un coloc pour partager les frais, entre en scène Caravansérail, le centre d’artistes en arts visuels, mené par Marianne Coineau. Ils doivent quitter leur grand local du coin Évêché \ Rouleau (oui oui, là où il y a un immense trou en ce moment) parce que ça coûte cher…très cher. S’installe donc Caravansérail… après encore plusieurs corvées d’arrachages de bancs de cinéma, de peinture et de mise à niveau (supposément temporaire) des espaces bureaux. Génial! Paraloeil est propriétaire de sa propre salle de cinéma et Caravansérail a une salle d’expo en pente révolutionnaire.

Et le téléphone se mit à sonner, un peu, beaucoup, passionnément, les artistes avaient besoin d’un lieu pour créer et diffuser et voulaient louer la salle bleue (deuxième étage) et la salle rouge (premier étage) à Paraloeil. Complètement submergé par les demandes du milieu culturel (en pleine poussée de croissance) l’organisme décida de créer une coopérative. Avec le théâtre l’Exil, Tour de bras et le journal le Mouton Noir, les cinq organismes mirent sur pieds une coopérative de solidarité à but non-lucratif (chose nouvelle et complètement rebelle) pour gérer le lieu. Ils accouchèrent donc sans trop de douleur du Paradis! Ils embauchèrent une première directrice qui quitta en 2006. À ce point, le bureau de la direction était situé dans l’entrée de la salle d’expo de Caravansérail et la description de tâche est très claire…toute…juste toute…

C’est à ce moment que moi, Julie Gauthier, naïve jeune femme, arrive à la rescousse pour répondre au téléphone et amasser les c.v de la future direction du Paradis…

À suivre…

Par Julie Gauthier

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi le projet Paradis fait rêver : la genèse

  1. Pingback: Pourquoi le projet Paradis fait rêver : la suite de la genèse | Coop Paradis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s