2013 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de ce blog.

En voici un extrait :

Un métro New-Yorkais contient 1.200 personnes. Ce blog a été visité 6  200 fois en 2013. S’il était un métro New-Yorkais, il faudrait faire 5 voyages pour les déplacer tous.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publicités

La Melvis and The Jive Cats fever!

Par Véronique Lavoie

Les cheveux en bataille, les joues rouges ivres de danse et les jupes qui volent dans tous les sens : bienvenue au spectacle de Melvis and The Jive Cats du 20 février à la Salle rouge du Paradis. Originaire de Québec, le quatuor a joué plusieurs extraits de leur premier album lancé en novembre dernier ainsi que de nombreux classiques du jazz, du swing et du blues.

Crédit photo : Mathieu Gosselin

Crédit photo : Mathieu Gosselin

Le Paradis a plongé dans sa jeunesse le temps d’un spectacle, il ne manquait que de la fumée et un verre de scotch. En effet, Melvis and The Jive Cats a recréé une véritable soirée de danse avec des succès d’Elvis, des Beatles, de Chuck Berry et j’en passe, en plus d’adapter des chansons actuelles d’Amy Whinehouse et du groupe The White Stripes. Bref, le répertoire anglophone a plu au public, à voir les jupes virevoltées pendant presque trois heures. Seule chanson francophone : Les Triplettes de Belleville.

Mélanie Lalancette, la chanteuse, m’a rappelé, par moment, Amy Whinehouse, peut-être par son style et la puissance de sa voix riche et polyvalente. Elle m’a d’ailleurs impressionnée à de nombreuses reprises avec ses solos de gazou. Sérieusement, c’est bien la première fois que j’entends quelqu’un réellement jouer de cet instrument sans avoir envie de l’arracher de son bec. Près de la sonorité d’un saxophone, ce gazou donnait une certaine profondeur et diversité aux chansons. La chanteuse se donnait entièrement, elle avait autant d’attitude que dans un solo de guitare.

Bref, ce premier passage à Rimouski pour la formation de Québec a été un succès en installant la Rockabilly fever dans le cœur, déjà conquis, de la foule qui arborait un style des années 50.  Melvis and The Jive Cats fait du nouveau avec des classiques et c’est tout à leur honneur.

P.-S. Comme c’est beau une contrebasse!

Cours de danse en prime

La Swing Compagnie de Rimouski a offert au public un cours d’initiation au Rockabilly Jive pour pouvoir profiter pleinement du spectacle avec des mouvements incontournables comme celui de la statut de la liberté. Le trio très enthousiaste de formateurs, composé d’Annie, de Jennie et de Denis, a vraiment donné le ton à la soirée en nous ramenant dans les années 50. Si vous êtes intéressé par ce style de danse, la compagnie offre des cours le mercredi. Vous avez simplement à consulter leur page Facebook.

Crédit photo : Mathieu Gosselin

Crédit photo : Mathieu Gosselin

L’univers rockabilly-swing de Melvis and the Jive Cats!

Mel Lalancette, la voix de Melvis and the Jive Cats confie quelques secrets au Paradis! Pour découvrir le groupe, soyez des nôtres lors de la soirée swing au Paradis le jeudi 20 février dès 20h!photo front Melvis

D’où vient le nom du band? À l’origine tout est partie d’une blague. J’avais une bourse d’Elvis et on avait commencé à blaguer avec « Melvis ». Quand on a créé le band, le nom Melvis est venu en partie de cela et les « Jive Cats » sont inspirés de la danse Jive et de Brian Setzer (TGF Setzer!!)

Si vous aviez à rassembler en un seul mot votre style : Rockabilly-swing

Votre moment préféré en concert : Quand on sent une espèce de synergie parfaite entre les musiciens et la foule. Un moment où tout est à la bonne place, au bon moment. Qu’on est confiant que ça rock et que tout le monde est heureux.

Une mauvaise habitude en tournée : Billy Martin se gave de brioche.

La situation la plus inusitée que vous avez vécue en tournée : 3h30 du matin. On arrive à l’hôtel avec tout le stock sur le « shuttle » et le réceptionniste nous donne notre clé. On monte le stock dans l’ascenseur à l’autre bout du bâtiment.  Je débarre la porte et je m’aperçois que la chambre est déjà louée et que trois gars (un joyeux mélange de Hulk, Hogan et l’Empire State Building) fond la « cuisine ». Je referme la porte aussitôt. Ils ne m’ont pas vu. On aurait pu se faire péter la gueule…solide.

Une phrase que vous dites souvent juste avant le concert : Let’s go!

Que faites-vous immédiatement après le concert? On s’occupe de la merch. On jase au monde.

Une pièce que vous auriez aimé composer? Sleepwalk.

Votre expression ou citation préférée : Music is the language of the soul.

L’artiste qui vous inspire le plus (toutes catégories confondues) et pourquoi? Elvis, emblème mythique, carrière mythique, personnage mythique. Sinon, Frank Sinatra, Brian Wilson, Ella Fitzgerald, Setzer, Monroe…

Un secret sur un membre du band que vous n’avez jamais dévoilé : Je vous le confierai à l’oreille.

Votre salle préférée au Québec jusqu’à maintenant : Les scènes extérieures en été quand tout le monde est heureux.

Qu’est-ce qui vous choque? Le non-respect envers le travail des musiciens.

Vous fait rire? Les petites choses de la vie qui font qu’elle se définit par elle-même.