Keith Kouna : l’effeuilleur de temps!

Par Véronique Lavoie

Un mercredi soir ça rime trop souvent avec spaghetti et reprise à la tivi. Mais, le 20 mai 2015, mercredi a plutôt rimé avec ParadisKeith Kouna prenait d’assaut les planches pour la première fois avec ce spectacle depuis le mois d’août!

Crédit photo : Cédric Bouillon

Crédit photo : Cédric Bouillon

Malgré ce petit saut dans le temps, Keith Kouna n’a pas perdu la main avec son cher public. Dès la première chanson, il l’a fait flanché en campant son univers poétique : « Aime-moi je t’aime ma guenon/Mon étoile dans la jungle des cons » (paroles tirées la chanson « Comme un macaque »). L’auteur-compositeur-interprète a joué avec son électrisant groupe des chansons de son album Du plaisir et des bombes (2012) et de Le voyage d’hiver (2014). Il oscille donc entre « effeuiller le temps », « Danser sur la table dans le théâtre qui flambe » jusqu’à l’envahisseur numéro un dans les bureaux, les usines, les cavernes et les livres : le sexe.

Tout au long du spectacle, l’artiste s’est amusé à jouer avec les genres en annonçant, par exemple, des chansons folks, raps et jazz, car au fond, il est un inclassable. Bien qu’il se rapproche majoritairement du rock, ce style ne l’illustre pas tout à fait. Le genre « Keith Kounaien », si je peux me permettre cette invention, c’est raconter une histoire à chaque chanson avec une théâtralité captivante. C’est livrer ses vers avec une voix colorée. C’est aussi s’imposer des projets ambitieux comme avec Le voyage d’hiver où il réécrit des textes sur Winterreise par Franz Schubert en 1827.

Il semble donc évident que Keith Kouna c’est l’intensité. Intensité sur scène, intensité des mélodies et surtout, intensité des mots. Le titre de son album Du plaisir et des bombes prend alors tout son sens sous mes yeux dans la salle Rouge du Paradis : des paroles qui nous explosent au cœur sans aucun bobo.

Publicités

Keith Kouna en toute liberté!

L’inclassable auteur-compositeur-interprète Keith Kouna présentera les pièces de son deuxième album Du Plaisir et des Bombes, accompagné du très chic Kouna band, ce mercredi 20 mai dans la salle rouge du Paradis! Découvrez cet artiste percutant, accrocheur et touchant!

Kouna_Sky-8

D’où vient l’inspiration pour le nom de l’album? Du Plaisir et des Bombes m’est venu assez rapidement avec l’écriture de la première pièce « Entre les vagues ». Les mots fric, sexe, guerre sont répétés souvent, je me suis dis que ça pourrait être une ligne directrice. Hédonisme et souffrance.

Si vous aviez à rassembler en un seul mot votre style : Libre… Gros mot avec toutes ses limites…

Qu’est-ce qui joue en ce moment dans la van de tournée? Electric Wizard, Bob Dylan, Elliot Smith, Black Sabbath, Gainsbourg, PJ Harvey, ben des affaires… On écoute aussi la radio pis chacun y va de trois prédictions de ce qui va passer. Le gagnant se fait payer une danse. Ça passe le temps.

Votre moment préféré en concert : J’aime bien quand on joue Macaque et Paradis. J’aime aussi quand les gens chantent, même si c’est un peu quétaine!

Une mauvaise habitude en tournée : Boire trop après le premier show.

Trois choses indispensables dans votre loge : Bière, divan, cossins à bouffer. Mais si y’a juste bière c’est correct aussi.

La situation la plus inusitée que vous avez vécue en tournée : Ouin… Y’en a quelques-unes évidemment, mais celle qui me vient en tête c’est lorsque nous étions à un festival en Belgique. Nous étions là depuis deux jours et on relaxait à une terrasse en après-midi. Et soudain un membre de notre glorieuse équipe s’est rendu compte qu’il avait dans son sac à dos dix-sept grammes de mush! Il avait oublié qu’il avait ça!.. Il avait tranquillement passé les douanes canadiennes et belges avec ça dans son sac, innocemment en quelque sorte!.. Ça aurait pu causer quelques problèmes, disons. Mais au final, on a bien ri cette journée-là!..

Une phrase que vous dites souvent juste avant le concert : Steakhouse!

Que faites-vous immédiatement après le concert? Je vais fumer une clope.

Le plus beau commentaire reçu jusqu’à présent pour Du plaisir et des bombes : Mes enfants tripent sur ton disque. C’est bon signe. Mais c’est vrai que plusieurs enfants tripent aussi sur Marie-Mai, faque ça vaut ce que ça vaut! Un journaliste a aussi écrit que c’était une œuvre essentielle… Ça vaut ce que ça vaut, il a peut-être écrit ça aussi pour Marie-Mai!

Une pièce que vous auriez aimé composer? Nataq de Richard Desjardins

Votre expression ou citation préférée : Steakhouse

L’artiste qui vous inspire le plus (toutes catégories confondues) et pourquoi? Y’en a plusieurs… Mais je dirais qu’au Québec, Desjardins est un modèle. Évidemment pour la qualité de son oeuvre, mais aussi pour son indépendance et sa liberté. Jean Leloup aussi. Fred Fortin. Plume. René Lussier que j’ai appris à connaître avec le Voyage d’Hiver. J’aime les artistes libres, un peu sauvages, qui durent et qui prennent des risques, quitte à ce que ce soit moins bien reçu que ce qui l’a bien été auparavant. Gainsbourg, Philippe Katerine, Beck, Bob Dylan, Mike Patton sont bien inspirants. La liste serait longue, mais au final ils sont beaucoup moins nombreux que ceux qui restent dans leurs pantoufles.

Un secret sur un membre du band que vous n’avez jamais dévoilé : Fred Desroches, le claviériste remplaçant Vincent Gagnon sur cette tournée, est l’instigateur de l’émeute au Cocothon de Laval l’an dernier.

Votre salle préférée au Québec jusqu’à maintenant : J’aime bien l’Impérial de Québec, j’y ai vécu de beaux moments, tant avec Les Goules qu’avec mes affaires en solo. C’est un peu grand, faut du monde. Sinon j’aime bien le Quai des Brumes en formule acoustique.

Qu’est-ce qui vous choque? Vous fait rire? Vous émeut? Vous fait peur? Difficile de faire une réponse courte! L’abus de pouvoir et la connerie en général… l’auto-dérision… La beauté… Le manque de temps, les regrets…

Qui vous donne le plus d’espoir pour la société de demain? Houellebecq!.. Ah ah ah!

Le rock hypnotique de Chocolat au Paradis!

Six ans après la sortie de Piano Élégant, les gars de Chocolat nous reviennent avec Tss Tss, un deuxième album de rock leste et cabalistique dont seuls eux ont le secret! En vue de son passage sur la scène de la salle rouge ce samedi, Jimmy Hunt a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions indiscrètes!

photo chocolat noir et blanc

D’où vient le nom du band? D’une phrase  » des fleurs et du chocolat « . Ça faisait trop long. Chocolat, c’est bien assez.

Si vous aviez à rassembler en un seul mot votre style : Rock’n’roll

Qu’est-ce qui joue en ce moment dans la van de tournée? Kendrick Lamar et Harry Nilsson

Une mauvaise habitude en tournée : Le pot

Trois choses indispensables dans votre loge : Bière, vin, bouffe

La situation la plus inusitée que vous avez vécue en tournée : Jouer devant personne.

Une phrase que vous dites souvent juste avant le concert : Rock’n’roll

Que faites-vous immédiatement après le concert? On vend de la merch en buvant une bière.

Le plus beau commentaire reçu jusqu’à présent pour Tss Tss! « Je l’écoute en boucle »

Une pièce que vous auriez aimé composer? Me and my arrow de Harry Nilsson

Votre expression ou citation préférée : Yeah

L’artiste qui vous inspire le plus (toutes catégories confondues) et pourquoi? Harry Nilsson. Parce qu’il était cool

Votre salle préférée au Québec jusqu’à maintenant : La Coop Paradis. Meilleur son de stage. Et c’est vrai

Qu’est-ce qui vous choque? Vous fait rire? Vous émeut? Vous fait peur? La musique commerciale choque, fait rire et fait peur des fois

Qu’est-ce qui vous donne le plus d’espoir pour la société de demain? La science